• Bienvenue sur Cyber-Mecha, le forum de la maquette de science-fiction. Merci de vous Connecter ou de vous Inscrire.

Dr Strange in the Multiverse of Madness

Démarré par stephen, 03 Mai 2022 à 11:27:14

« précédent - suivant »

stephen

Bonjour tout le monde

Dr Strange in the Multiverse of Madness

Le film Marvel sort ce mercredi 4 mai et devrait pulvériser le meilleur démarrage de l'année, bien loin devant Batman

https://www.youtube.com/watch?v=oW72clyG-lM&t=13s

Déjà complexe en soi, l'univers Marvel s'est encore considérablement ramifié avec le développement du multiverse, dont Dr Strange in the Multiverse of Madness constitue un nouvel embranchement. Pas de quoi dérouter les fans, mais peut-être bien une partie de ceux qui n'ont pas visionné toutes les sagas Marvel.

Comme le film s'apprête à pulvériser le box-office (un démarrage prévu aux alentours de 200 millions de dollars de recettes, bien au-delà du recordman de 2022, Batman, avec ses 134 millions de dollars pour le week-end d'ouverture), un petit récapitulatif s'impose.

Qu'est-ce que le multiverse ?

La réponse a été apportée dans la série What If...? : "La réalité et l'espace sont les prismes de possibilités infinies, et chaque choix peut faire bifurquer vers une infinité de réalités, créant des mondes alternatifs différents de celui que vous connaissez."

Ainsi, dans Avengers: Endgame , les super-héros utilisent un tunnel quantique pour retourner dans le passé afin de s'emparer des Pierres d'Infinité avant que Thanos ne mette la main dessus. Comme l'explique alors Hulk, "changer le passé ne change pas le futur. Pensez-y. Si vous voyagez dans le passé, ce passé devient votre futur et votre ancien présent devient le passé, qui ne ne peut plus être modifié par votre nouveau futur." Vous suivez toujours? Car ce n'est pas tout et les amateurs de philosophie ne sont pas au bout de leurs surprises.

Quelle ligne du temps ?

Toujours dans Avengers : Endgame, Loki profite d'une opportunité pour s'emparer du Tesseract contenant la Pierre de l'Espace et s'enfuir dans une réalité parallèle. La suite est développée dans la série Loki. Le Dieu de la Malice pense pouvoir jouer des tours pendables à sa guise dans n'importe quelle nouvelle réalité, Mais il se fait pincer par le Tribunal des Variations Anachroniques (TVA, ce qui correspond à Time Variance Authority en anglais), chargé de repérer toutes les ramifications dans la ligne du temps, afin de les éliminer et de protéger "l'éternel flux temporel."
Problème réglé, donc.

Eh bien non. Loki et son double découvrent que les gardiens du temps ont en fait été créés par Celui Qui Demeure, dont l'objectif n'est pas de défendre la ligne du temps originale, mais la Ligne du temps sacrée, reconstruite à partir de différents multiverses afin de se mettre lui-même à l'abri de ses doubles évoluant dans des réalités parallèles.


À la fin de Loki
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Et la suite ?

La première évolution fut visible dans Spider-Man : No Way Home. En voulant aider Peter Parker, afin que le monde oublie jusqu'à son nom, le Dr Strange change l'espace-temps. Trois Peter Parker vont donc interférer pour tenter de neutraliser le Bouffon Vert. A charge pour le Dr Strange d'ensuite remettre tout le monde dans sa propre ligne du temps, afin de rétablir la "normale.".

Avec un succès tout relatif, puisque sort ce mercredi Dr Strange in the Multiverse of Madness dans lequel il fait appel à Wanda, devenue définitivement la très puissante Sorcière Rouge après la série Wanda Vision.  Et qu'ensuite sont déjà annoncé une deuxième saison de Loki mais aussi Ant-Man: Quantumania, avec le retour de Celui Qui Demeure, mais cette fois sous l'aspect de son double issu d'une autre réalité, Kang.

Le casse-tête est donc loin d'être résolu. Mais quel bonheur pour les amateurs de grands spectacles super-héroïques et... pour les profs de philo.

© Patrick Laurent
Journaliste-cinéma
Parfois j'ai envie de me quitter
 

stephen

Bonjour tout le monde

Vu en avant première par le journaliste

La superproduction très complexe de Sam Raimi en met plein la vue mais montre aussi les limites des réalités parallèles.

C'est l'événement attendu par tous les cinémas. Dr Strange in the Multiverse of Madness doit attirer la grande foule et exploser le box-office de l'année. Mais pour apprécier l'humour, les références ou la psychologie des protagonistes, il ne serait pas inutile de (re)voir Spider-Man : No Way Home pour
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
, Avengers : Endgame qui
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
, Loki pour les univers parallèles et, surtout, Wanda Vision.

Car si Stephen Strange tient bien le premier rôle, l'histoire est avant tout axée autour des frustrations de la Sorcière rouge.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
.

Derrière la caméra, Sam Raimi s'amuse comme un petit fou. Les zombies, esprits maléfiques, morts vivants et autres sortilèges démoniaques tirés du Darkhold constituent autant de clins d'oeil à sa propre filmographie, aux classiques du genre ou à L'Odyssée (pour la pieuvre cyclope). Et son influence ne s'arrête pas là. Bien plus noir et meurtrier que les précédents opus de Marvel, Dr Strange in the Multiverse of Madness multiplie les destructions massives, les détours poétiques (la mer dans la maison), les passages dans d'autres films (y compris d'animation) et les massacres à la chaîne. Personne n'y échappe, pas même les super-héros qui périssent à un rythme supersonique.


En exploitant à fond les possibilités offertes par une infinité de mondes parallèles, Sam Raimi en dévoile aussi les limites. Aucune histoire, aussi tragique soit-elle, n'a vraiment d'intérêt, puisque tout peut recommencer à zéro en quelques secondes, le temps d'un passage dans une autre réalité. Les fans apprécieront les transformations de Capitaine Carter, Capitaine Marvel ou Stephen Strange (mais pas du Pr Xavier, éternellement incarné par Patrick Stewart), se délecteront de scènes d'action ininterrompues et très spectaculaires, mais les autres auront le sentiment de visionner une montagne russe proche de l'esthétique du jeu vidéo, avec des passages de pure folie, des facilités scénaristiques répétitives et des difficultés à se situer dans la profusion de couches.

On reproche souvent aux productions Marvel leur manque d'originalité, ce qui n'est assurément pas le cas cette fois. Mais tout cela est tellement complexe qu'on reste quand même dubitatif. Quant à la scène post-générique, autant l'oublier : elle tient de la blague de potache. Au contraire de la séquence ajoutée dans le générique final, annonciatrice de la suite des événements.

Le mot de la fin revient au Dr Strange : "On croit que sauver le monde nous suffit, mais c'est faux." C'est aussi ce qu'on se dit en sortant de la salle.

© Patrick Laurent
Journaliste-cinéma

J'ai mis des "spoilers" peut-être inutiles tout en oubliant d'autres, mais je ne suis pas très au fait (c'est peu dire) des productions Marvel!

Stephen


Parfois j'ai envie de me quitter
 
Ces cyberméchanistes remercient l'auteur pour ce message : WD-111

Merci à nos partenaires !


Et pour le maquettisme mili, aéronautique... Visitez le forum partenaire