Équipement : Choisir son nettoyeur à ultrasons

Peindre à l’aérographe, quel plaisir mais le nettoyer, quelle galère !
Vouloir ôter la peinture d’une pièce pour la reprendre, charmant programme mais comment décaper dans les coins ?

Un équipement va vous alléger la tâche d’une façon flagrante : le nettoyeur à ultrasons, ou bac à ultrasons !

L’essayer, c’est l’adopter !

Mais devant l’étendue des modèles disponibles, comment choisir son nettoyeur ? Suivez le guide !

Les nettoyeurs « non-pros » vont généralement de 600 ml à 3 L. Après, on tape quand même dans le lourd, et en tout cas, dans l’encombrant !

A titre indicatif, voici l’effet d’un bain à ultrasons sur des pièces de chaudière (métalliques et costaudes donc !) :

Ah oui…  Quand même !

Alors, comment choisir ?

Les critères

Pour choisir un bac nettoyeur à ultrasons, il faut prendre en compte :

– Les dimensions utiles de la cuve
en fonction de la dimension des objets à nettoyer (pièces d’aérographe, petites pièces  décaper ou kit complet pour remise en peinture ?)
Plus la cuve est grande et plus le nettoyage sera efficace grâce à une puissance élevée et un taux de cavitation plus important.
Les pièces à nettoyer ne doivent pas être trop proche des parois de la cuve, la cavitation étant diminuée dans ces zones.
Il est donc préférable de choisir une cuve largement plus grande que les pièces à nettoyer pour un résultat optimale.

– La puissance ultrason
des transducteurs exprimé en watts efficace (elle détermine l’efficacité du nettoyage ; rien que ça !).
Attention les watts sont parfois affichés dans une mesure de watts crête (appelé aussi puissance maxi ou peak), ce qui permet d’afficher un chiffre supérieur aux watts efficace. Ce qu’il faut identifier, c’est bien la puissance ultrasonique.
. pour un usage domestique (bijoux, optique, appareil dentaire, métaux précieux) 60 à 120 watts efficace
. pour un usage mécanique, (horlogerie, médical, labo, armes, électronique), une puissance ultrason supérieure à 120 watts efficace au minimum ; idéalement 150 à 180 watts

– La fréquence en kHz
détermine la finesse du nettoyage et des particules enlevées,
Pour un nettoyage fin très soigné (particules jusqu’à 2µm), pour des pièces fines ou complexes avec des recoins, des anfractuosités, des canalisations, un efréquence de 37-40 kHz est à privilégier.
N.B. : Une fréquence trop basse (25 kHz) peut également abîmer certains matériaux sensibles,
Certains appareils proposent la double fréquence permettant de switcher sur 28kHz ou 40kHz en cours de nettoyage.

– La fonction chauffage
et sa puissance (ne pas confondre ni additionner avec la puissance ultrason)
La cavitation est optimale entre 45° et 55° (la cavitation est le phénomène physique permettant le nettoyage)

– Le panier
indispensable sinon vous risquez de détruire les transducteurs et percer votre cuve !

– Le robinet de vidange
très pratique au dessus de 4 litres… Donc pour nous plastiqueurs… pas indispensable. Il suffira de retourner le nettoyeur pour le vider !
Ce qui est plus ardu avec un nettoyeur pro.

– La qualité de fabrication
Privilégier une fabrication tout Inox plutôt que plastique

– Un minuteur
qui arrête automatiquement les ultrasons ; plus pratique et sécurisant

– Un thermostat séparé
qui permet un chauffage non stop sans déclencher les ultrasons

Verdict

La grande majorité des plastiqueurs qui utilisent un nettoyeur à ultrasons disposent d’un bac de 600 ml (ci-dessous), qui se trouve aisément autour de 30 euros.

Au regard des critères étudiés plus haut, le nettoyeur « idéal » pourrait être celui qui rassemble les caractéristiques suivantes :

– capacité de 1,3 L à 2L ;
– puissance ultrason de 60 watts efficaces minimum ;
– fréquence de 40 kHz ;
– fonction chauffage à 50°C environ ;
– bac inox avec panier ;
– des durées de bain préprogrammées ou un timer intégré.

c’est-à-dire ce genre de nettoyeur :

Il est vendu sur la toile sous les 60 euros (un budget deux fois plus grand que le précédent modèle tout de même)

Nous reviendrons bientôt sur l’utilisation du nettoyeur (quand j’aurai reçu et testé le mien !)

Des questions, des remarques ?
Le cyberméchanistes discutent déjà des nettoyeurs ultrasons ici ; rejoignez-les

Équipement : Choisir son nettoyeur à ultrasons
note moyenne : 5/5

2 réflexions sur “ Équipement : Choisir son nettoyeur à ultrasons ”

    1. Salut François,
      perso, je n’y ai pas encore goûté mais pour nettoyer l’aéro, les habitués n’en disent que du bien. Pour décaper les pièces il semble que ça le fasse aussi !
      J’ai commandé le mien. Je ferai des tests dès réception et un article…
      A suive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *